Dernières infos

  • Pour tous vos - Reportages, Annonces et Publicités veuillez nous contacter au 09903514 / 49799497
  • Le président de l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro annonce sa démission.(Officiel)

Actualité culture

FESPACO 2019: Les 20 films de la compétition officielle dévoilés au siège de l’Unesco

Fratamat.info 17 Jan 2019 - 06H33
FESPACO 2019: Les 20 films de la compétition officielle dévoilés au siège de l’Unesco

Le Burkina Faso s’apprête à accueillir les festivaliers pour célébrer les cultures d’Afrique et de la diaspora du 23 février au 2 mars 2019, à Ouagadougou.

Le délégué général du Festival panafricain du cinéma et de l’audiovisuel de Ouagadougou (Fespaco), Ardiouma Soma, a dévoilé le lundi 15 janvier 2019, à Paris, au siège de l’Unesco, la liste des 20 films (fiction long métrage) en compétition officielle. Ce, à la 26e édition qui marque également le cinquantenaire de ce festival placé sous le thème: « Confronter notre mémoire et forger l’avenir d’un cinéma panafricain dans son essence, son économie et sa diversité ».

Ces vingt longs métrages en course pour la récompense suprême, le Yennenga d’or, proviennent de seize pays africains. Il ressort de la liste des films en compétition que la Côte d’Ivoire sera présente avec un seul film (fiction long métrage). Il s’agit de « Résolution » de Boris Oue et Marcel Sagne (Côte d’Ivoire). Contre deux en 2017, à la 25e édition, à savoir « Innocent malgré tout » de Kouamé Jean de Dieu et Kouamé Mathurin Samuel Codjovi et « L’interprète » d’Olivier Meliehe Koné.

A propos du thème du Fespaco 2019, le comité d’organisation a souligné qu’il s’agit de « mettre le cinéma africain et les cinéastes africains au centre de nos préoccupations.»

Le ministre burkinabè de la Culture, Abdoul Karim Sango, a tenu à rassurer que des dispositions ont été prises sur le plan sécuritaire pour le bon déroulement de cette 26e édition du Fespaco. « Nous savons que c’est une grosse préoccupation mais nous voulons vous rassurer que le Burkina Faso est reconnu pour son expertise en matière d’organisation de grands événements. Cette édition spéciale du Fespaco ne va pas déroger à la tradition. Vous viendrez dans la paix, vous séjournerez dans la sécurité et vous rejoindrez vos pays respectifs dans la sérénité », a-t-il déclaré.

Il faut souligner qu’en plus des films de la sélection officielle, le Fespaco s’articule autour des films documentaires (long et court métrages), des films des écoles africaines de cinéma et de l’audiovisuel, de séries TV et des films d’animation. Cette rencontre, c’est aussi le Marché international de la télévision et du cinéma africain (Mica).

En ce qui concerne la célébration du cinquantenaire, elle sera marquée par une projection des classiques des cinémas d’Afrique et de la diaspora des 50 dernières années. La rétrospective des films Etalon d’or de Yennenga et la projection de films restaurés du patrimoine des cinémas d’Afrique et de la diaspora viendra couronner les 50 ans de la célébration des cultures d’Afrique et de la diaspora.

Salif D. CHEICKNA
salifou.dabou@fratmat.info


La liste des fictions longs métrages en compétition pour l’Étalon d’or de Yennenga du Fespaco 2019

- Five Fingers for Marseilles, de Michael Matthews (Afrique du Sud)

- Sew The Winter To My Skin, de Jahmil X. T. Qubeka (Afrique du Sud)

- Ila Akhir Ezzaman (Jusqu’à la fin des temps), de Yasmine Chouikh (Afrique du Sud)

- Desrances, d’Apolline Traoré (Burkina Faso)

- Duga (Les Charognards), d’Abdoulaye Dao et Hervé Eric Lengani (Burkina Faso)

- Hakilitan (Mémoire en fuite), d’Issiaka Konaté (Burkina Faso)

- Miraculous Weapons (Les armes miraculeuses), de Jean-Pierre Bekolo (Cameroun)

- Resolution, de Boris Oue et Marcel Sagne (Côte d’Ivoire)

- Karma, de Khaled Youssef (Egypte)

- Keteke, de Peter Sedufia (Ghana)

- Rafiki, de Wanuri Kahui (Kenya)

- Barkomo (La Grotte), d’Aboubacar Bablé Draba & Boucary Ombotimbé (Mali)

- Indigo, de Selma Bargach (Maroc)

- Mabata Bata, de Joao Luis Sol de Carvalho (Mozambique)

- Hakkunde, d’Oluseyi Asurf Amuwa (Nigeria)

- The Mercy of the Jungle, de Joel Karekezi (Rwanda)

- Akasha, de Hajooj Kuka (Soudan)

- T-Junction, d’Amil Shivji (Tanzanie)

- Fatwa, de Mahmoud Ben Mahmoud (Tunisie)

- Regarde-moi (Look at me), de Nejib Belkadhi (Tunisie)

Autres articles

Partenaires