Dernières infos

  • Pour tous vos - Reportages, Annonces et Publicités veuillez nous contacter au 09903514 / 49799497

Actualité afrique

L’Afrique demeure un espoir pour la croissance mondiale, affirme El-Kettani

AIP 15 Mar 2019 - 08H05
M. Mohamed El Kettani lors de son allocution, au 6ème FIAD, le 14 mars 2019 à Casablanca

Casablanca, 14 mars (AIP)- Au moment où le monde semble entrer dans « une phase d’essoufflement et d’incertitudes grandissantes », l’Afrique maintient le cap et demeure « un espoir pour la croissance mondiale », a estimé, jeudi, à Casablanca, le président directeur général du groupe Attijariwafa bank, M. Mohamed El-Kettani, à l’ouverture de la 6ème édition du Forum international Afrique développement autour du thème « quand l’Est rencontre l’Ouest ».

M. El-Kettani a relevé qu’après avoir connu une phase d’expansion en 2018, le monde semble entrer maintenant dans une phase d’essoufflement et d’incertitudes grandissantes, se fondant sur des interrogations autour de la croissance en Asie et du Brexit, la forte volatilité des cours du pétrole, des tensions géopolitiques et le durcissement des conditions financières dans les pays émergents.

Sa conviction sur la place de l’Afrique dans la dynamique économique mondiale, a-t-il souligné, trouve son ancrage dans le fait que ce continent devrait connaître une accélération de sa croissance qui passera de « 3,5% en 2018 à 4% en 2019, les pressions inflationnistes se sont atténuées, avec un taux d’inflation moyen en baisse de 12,6% en 2017 à 10,9 % en 2018″ et qui devrait encore diminuer pour atteindre un peu plus de 8% en 2020 ».

De même, a avancé le président directeur général du groupe Attijariwafa bank , les situations budgétaires s’améliorent progressivement, plusieurs pays étant parvenus à assainir leur budget en augmentant leurs recettes fiscales parfois et en réduisant les dépenses.

Toutefois, prévient-il, cette évolution favorable ne doit pas occulter certains points de vigilance dont l’augmentation des niveaux d’endettement qui représentent 53% du PIB global en Afrique ou encore la détérioration régulière, depuis la fin des années 2000, des déséquilibres extérieurs liés aux balances commerciales courantes et qui doit être impérativement maîtrisée afin de ne pas menacer la viabilité de la dette extérieure.

« Cette combinaison d’opportunités auxquelles fait face notre continent souligne plus que jamais l’impératif des reformes structurelles et l’approfondissement de l’intégration économique, afin de libérer davantage les énergies créatrices de richesses et de valeurs », selon Mohamed-El-Kettani.

La 6ème édition du forum Afrique développement devrait être dès lors le terreau de la réflexion féconde pour aboutir à des propositions grâce à un dialogue efficace avec les opérateurs économiques, a-t-il soutenu, expliquant que le thème du forum, « quand l’Est rencontre l’Ouest » procède « de notre conviction qu’un nouvel élan du mouvement d’intégration économique de notre continent est nécessaire ».

“Nous devrions accélérer davantage notre avance grâce à des projets concrets Est-ouest. l’Afrique pourra ainsi constituer le fondement d’un marché continental concurrentiel et émergent en tant que centre d’affaire reconnu au niveau international offrant aux investisseurs, aux pme, aux grandes entreprises des marchés plus vastes avec des économies d’échelle efficientes et des retombées positives”, a estimé Mohamed El-Kettani.

(AIP)

ask

Autres articles

Partenaires