Dernières infos

  • Pour tous vos - Reportages, Annonces et Publicités veuillez nous contacter au 09903514 / 49799497

Actualité culture

Côte d’Ivoire : Bouaké accueille la 1ère édition du festival de danses traditionnelles de la région du Poro

Ivoirinter24 15 Aoû 2017 - 23H42

« C’est un moment de grandes retrouvailles dédié à la célébration, à travers l’art et la culture, de la cohésion dans la diversité sur cette terre historique du vivre ensemble. Notre joie réside  dans la force du dialogue des cultures, comme tremplin de la consolidation et le raffermissement des rapports intercommunautaires et interethniques » ainsi s’est exprimé le maire de la commune de Bouaké, Djibo Nicolas dans son discours inaugural, lors de la célébration de la 1ère édition du festival de danses traditionnelles de la région du poro.

 

Par ailleurs, président de la cérémonie, Djibo Nicolas, s’est dit satisfait de cette initiative prise par les organisateurs en choisissant sa ville comme le théâtre de cet événement grandiose.

 

« La célébration et la valorisation du patrimoine culturel et immatériel de la communauté de la région du poro, participe surtout à accroître le potentiel attractif de Bouaké » a-t-il indiqué.

 

C’est la ville de Bouaké qui a abrité la primauté de cette cérémonie festive, le dimanche dernier, 13 août 2017, au palais du carnaval.

 

A en croire les organisateurs, ce festival avait pour objectif de rapprocher les sénoufo, aussi de promouvoir  et valoriser les différentes cultures de la Côte d’Ivoire, mais surtout celle du peuple sénoufo à travers leurs danses traditionnelles, véritables richesses hiératiques.

 

Le parrain du jour, le ministre du transport, Amadou Koné, à d’emblée épouser l’idée des initiateurs, qui non seulement prône la culture sénoufo, mais aussi donne une valeur indéniable à la ville hôte, Bouaké : « Bouaké est une ville cosmopolite parce que tous les peuples y sont représentés, et, la communauté sénoufo est fortement représenté ».

 

« Ce festival a pour effet de se connaître et de se rapprocher afin que chacun connaisse les cultures des autres. On verra qu’on partage beaucoup de choses en commun. Tout cela cimente les liens entre les fils et filles de la nation » a signifié le monsieur le ministre du transport, avant d’ajouter : « il faut que nos frères, nos sœurs et nos enfants sachent ce que c’est que la culture senoufo, leur culture ».

 

Toutefois, Amadou Koné, a invité les uns et les autres à l’initiation du poro, qui inculque des valeurs humaines, tout en insistant sur le respect des aînés, conditions sine qua non d’une stabilité pérenne et durable.

 

« Le premier ministre, Amadou Gon Coulibaly et moi, avions fait le poro normalement. C’est pour ça qu’il y a des comportements qu’on ne peut pas avoir. Car ce qu’on apprend là-bas, c’est de respecter les aînés » a-t-il révélé, avant de terminer : « Je souhaite que vous vous rapprochiez davantage, que vous alliez faire vos initiations, et qu’avec ce qu’on va vous inculquer là-bas nous puissions travailler à stabiliser Bouaké et le pays. Parce que ce pays en a besoin pour se développer ».

 

Ce festival a été riche en couleur avec le balafon du bôloï et la danse du wambèlè.

 

Makan HEMA

Correspondant Régional

Autres articles

Partenaires