Dernières infos

  • Pour tous vos - Reportages, Annonces et Publicités veuillez nous contacter au 09903514 / 49799497

Actualité economie

Discours du secrétaire d’Etat Emmanuel Essis au cours de la mission économique d'hommes d'affaires canadiens en Côte d’Ivoire

MINISTERES 11 Oct 2018 - 10H59
Emmanuel Essis, Secrétaire d’Etat auprès du premier ministre charge de la promotion de l’investissement privé

Excellence Madame Julie SHOULDICE, Ambassadeur du Canada en Côte d’Ivoire ;

Mesdames et Messieurs les Représentants d’Institutions ;

Mesdames et Messieurs les Chefs d’entreprises et membres de la délégation de la Mission Economique Canadienne

Mesdames et Messieurs les Directeurs, Chefs de Services,

Honorables Invités,

Mesdames et Messieurs,

Avant tout propos, je voudrais vous souhaiter, aux noms de SEM Alassane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire et de Monsieur Amadou Gon Coulibaly, Premier Ministre, Ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Chef du Gouvernement  la traditionnelle AKWABA en Terre Ivoirienne, et exprimer notre fierté d’accueillir une mission économique d’hommes d’affaires canadiens dans notre pays.

J’aimerais de façon particulière remercier Son Excellence Madame Julie SHOULDICE, Ambassadeur du Canada en Côte d’Ivoire, pour l’organisation de ce forum qui témoigne, une fois de plus, de sa volonté de renforcer les relations économiques et commerciales entre nos deux pays.

 

Excellence Madame l’Ambassadeur, sous votre houlette, de nombreuses initiatives ont été entreprises dans ce sens et je voudrais en mon nom personnel, ainsi qu’en celui du gouvernement de la République de Côte d’Ivoire, vous adresser nos sincères remerciements.

 

Mesdames et Messieurs,

Le Gouvernement ivoirien a engagé un ensemble de réformes institutionnelles, économiques, politiques et sociales afin de rendre la destination Côte d'Ivoire plus attractive et compétitive en termes de flux de capitaux privés étrangers.

La réalisation du PND 2012-2015 a nécessité un investissement de 11 076 milliards de FCFA avec le concours appréciable du secteur privé dont l’apport attendu a été d’environ 6 496,4 milliards de FCFA, soit près de 60%.

La mise en œuvre du PND 2012-2015 a permis une croissance forte, soutenue et inclusive favorisant ainsi le repositionnement de la Côte d’Ivoire sur la scène régionale et internationale. Les performances économiques enregistrées par la Côte d’Ivoire au cours de ces dernières années ont été remarquables.

Le Plan National de Développement (PND 2016-2020) qui capitalise les enseignements de mise en œuvre du PND 2012-2015 se donne pour objectif de transformer structurellement l’économie ivoirienne avec un volume d’investissement global de 30 000 milliards F CFA dont une contribution attendue du secteur privé de 62,4% et 37,6% pour le secteur public.

C’est la raison pour laquelle l’investissement privé reste le pilier le plus important de la croissance économique du pays qui pourrait tirer avantage de l’intégration économique du marché régional d’environ 320 millions de consommateurs au sein de l’UEMOA et de la CEDEAO.

Les réformes engagées par le gouvernement ivoirien pour la circonstance se sont traduites entre autres par :

 

·         Le renforcement du cadre incitatif avec l’élaboration d’un Code des investissements

·         L’amélioration de l’environnement des affaires avec la mise en place d’un Guichet Unique de Formalités des Entreprises, le Guichet Unique du commerce extérieur, le nouveau cadre institutionnel de gestion des Partenariats Publics-Privé (PPP), la création du Tribunal de Commerce d’Abidjan, la poursuite et le maintien des mesures fiscales de soutien à la relance économique, dans le cadre des différentes annexes fiscales.

·        Le renforcement et le développement de l’infrastructure industrielle

 

Toutes ces réformes du gouvernement ont eu des impacts significatifs notamment corroborées par un taux de croissance en moyenne de 9% de 2012 à 2015 et une projection de 8% sur la période 2016-2020.

 

Toutefois, force est de constater qu’à ce jour, le volume des investissements privés canadiens attirés dans notre pays, notamment dans les secteurs prioritaires du Plan National de Développement pour la période 2016 – 2020 reste faible, en comparaison avec le potentiel économique existant et l’expertise du Canada dans de nombreux domaines qui intéressent la Côte d’Ivoire.

 

En effet, sur plus de 2 600 milliards de FCFA d’investissements privés agrées au CEPICI sur la période allant de l’année 2013 à l’année 2017, moins d’un milliard de F CFA, soit deux millions de dollar US, provenaient du CANADA, classant ainsi votre pays parmi les plus petits contributeurs dans le volume global d’investissements directs étrangers enregistrés dans les livres de cette institution.

 

Je souhaite donc que cette mission contribue à inverser cette situation en permettant aux hommes d’affaires canadiens de s’imprégner des nombreuses opportunités d’affaires dont regorge notre pays dans des secteurs comme l’agriculture industrielle, l’agriculture intelligente, les mines, les infrastructures, le secteur de l’eau et de l’assainissement, les TIC, la biotechnologie et les énergies renouvelables.

 

Mesdames et Messieurs,

La promotion de l’émergence économique de la Côte d’Ivoire passe nécessairement par une politique d’industrialisation structurée. Cette dernière ne pouvant se déconnecter de l’agriculture d’autant plus qu’il s’agit d’une articulation sectorielle déterminante pour une croissance équilibrée et durable.

Par exemple, hormis le palmier à huile qui a enregistré 100% de taux de transformation et 30% pour le cacao, les autres filières telles que l’anacarde, le café, le coton, l’ananas et la mangue sont transformées à moins de 5%.

 

Comme vous le savez, La Côte d’Ivoire regorge de nombreuses potentialités économiques, et je reste convaincu que les hommes d’affaires canadiens y trouveront de réelles opportunités d’investissements. 

 

Je voudrais conclure en vous souhaitant à tous de fructueux échanges et un bon séjour en Côte d’Ivoire.

 

Je vous remercie de votre aimable attention.

Autres articles

Partenaires