Dernières infos

  • Pour tous vos - Reportages, Annonces et Publicités veuillez nous contacter au 09903514 / 49799497
  • Le président de l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro annonce sa démission.(Officiel)

Actualité politique

Invité de Le nouveau réveil/Guikahué parle des désertions au Pdci: « Il n’y a pas de palabres entre Bédié et Ouattara »

Fratmat.info 07 Juin 2019 - 06H32
Invité de Le nouveau réveil/Guikahué parle des désertions au Pdci: « Il n’y a pas de palabres entre Bédié et Ouattara »

Jusqu’au bout, la direction du parti septuagénaire entend s’accrocher à ses convictions, malgré les temps qui tanguent.

Invité le jeudi 6 juin 2019 de la tribune « le fauteuil blanc » du quotidien d’informations générales, Le nouveau réveil, le chef du secrétariat exécutif du Pdci-Rda, Maurice Kakou Guikahué, a expliqué les désertions au sein du parti, les ambitions présidentielles de celui-ci pour 2020 et la plateforme « non idéologique » voulue par le président du Pdci, Henri Konan Bédié. 

« Le Pdci fait de la présidentielle de 2020 un impératif catégorique », a-t-il rappelé face à la presse, faisant état d’une rupture totale entre sa formation et la majorité politique Rhdp.« Le Pdci, après son retrait du Rhdp, sous toutes ses formes, est devenu attractif », assure-t-il. Une allusion aux ministres et à la palette de hauts cadres issus du Pdci qui militent activement au Rhdp. Qui veut noyer son chien l’accuse de rage. Autant, les partants lui font un procès en mal gouvernance du parti, autant Maurice Kacou Guikahué les accuse d’avoir tenté d’obtenir, eux, « la dissolution » du parti. De ceux qui s’en vont, il a néanmoins un souvenir pour chacun. Il comptait parmi ces « admirateurs », le vice-président Daniel Kablan Duncan. Et le président du sénat Jeannot Ahoussou Kouadio était son « complice ». Avec lui, il faisait tout.

Si entre le Pdci et le Rhdp, la rupture est définitive, la perspective d’une réconciliation entre Henri Konan Bédié et le Président de la République, Alassane Ouattara reste dans l’ordre du possible.Sauf que Maurice Kacou Guikahué n’en voit pas encore les signes.  

« Il n’y a pas de palabres entre Bédié et Ouattara. Ouattara a son parti qui s’appelle le Rhdp. Et Bédié a son parti qui s’appelle le Pdci. Si je vois une délégation conduite par Amadou Gon composée de Kafana (Koné), Bictogo (Adama), Amadou Soumahoro, qui va à Daoukro, là, je parlerais de réconciliation. Je n’ai pas encore vu un signe de début de réconciliation, s’il y avait palabre. Ça veut donc dire qu’il n’y a pas de palabre », ironise-t-il. 

Lui, a déjà le verbe haut et tranchant de l’opposant déjà trempé. Son parti veut compter sur ses forces. Notamment ses 338 délégations départementales et communales, 6500 sections, 45000 comités de base et 600.000 militants recensés. Le Pdci veut aussi ratisser large. D’où le projet de plateforme dite « non idéologique ». Maurice Kacou Guikahué se souvient avoir eu, récemment en Belgique, une rencontre « chargée d’émotion » avec l’ex-président Laurent Gbagbo, père fondateur du Fpi.

Avec ce groupement hétéroclite de « forces vives », qui compte 26 entités dont les deux tendances du Fpi et deux mouvements proches de l’ancien président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, le Pdci entend faire « bouger les lignes » et « sauver la Côte d’Ivoire ».Sur la réforme de la Commission électorale indépendante (Cei), le vieux parti et ses nouveaux alliés réclament une révision générale du cadre électoral, au niveau institutionnel et légal. Ils entendent aussi lutter pour « une carte nationale d’identité gratuite »....Suite sur www.fratmat.info/

Autres articles

Partenaires