Dernières infos

  • Pour tous vos - Reportages, Annonces et Publicités veuillez nous contacter au 09903514 / 49799497

Actualité societe

Côte d'Ivoire/Affrontement entre populations à Marabadiassa : 7 blessés dans un affrontement entre villageois

IvoirInter24 01 Nov 2018 - 21H39
Côte d'Ivoire/Affrontement entre populations à Marabadiassa : 7 blessés dans un affrontement entre villageois

La sous-préfecture de Marabadiassa, dans le département de Béoumi, a été le théâtre d'un affrontement sanglant entre populations.

 

Les populations de Marabadiassa ont vécu une journée sanglante, le samedi dernier, 27 octobre 2018, qui restera sans doute gravé dans leur mémoire.

 

Un affrontement a opposé les jeunes de Marabadiassa et ceux des villages de Bemplo et Allokokro faisant ainsi 7 blessés dont 3 par balle et de nombreux dégâts matériels.

 

Selon les informations recueillies auprès des belligérants, l'émeute serait partie de la délimitation en cours des villages entrepris par le ministère de l'agriculture et du développement rural.

 

« Les jeunes de Marabadiassa sont venus nous attaquer ce samedi vers 11h avec des machettes et des fusils de chasse. Ils ont tiré sur moi et blessé notre chef du village. Je suis blessé à l'oreille et au pied », a expliqué Kouassi Roger habitant de l'ancien village de Bemplo.

 

Tout comme lui, Yao Ndri Julien, habitant du nouveau village a vu ses biens partir en fumée.

 

« Ils ont brûlé ma maison, ma moto  les cahiers de mes enfants. Ils ont mis le feu à l'église. J'ai tout perdu et je ne me sens pas en sécurité. Aussi, je ne sais plus où dormir », s'est-il indigné.

 

Selon les sources concordantes, Touré Souleymane, chef du village de Marabadiassa serait le premier commanditaire de cet affrontement puisqu'il estimerait ne pas être pris en compte par l'opération de délimitation. C'est pourquoi, il a entrepris des manœuvres sourdines afin d'interrompre le processus.

 

Interrogé, il a rejeté cette accusation. M. Touré, soutient avoir plutôt entrepris des démarches auprès des autorités, qui malheureusement n'ont pas été prises en compte.

 

« Nous avons constaté que tous les villages sont pris en compte par l'opération sauf le nôtre. Nous avons trouvé cela bizarre et notre village s'est senti frustré. Nous avons demandé un arrêt afin que cela soit corrigé pour que chacun se sente concerné pour éviter les frustrations. Mais malheureusement notre préoccupation n'a pas été prise en compte et ce que je voulais éviter est arrivé », s'est-il défendu avant d'appeler sa jeunesse au calme. 

 

Aho Kouamé, chef du village de Bemplo, a quant à lui, déploré cette situation avant d'inviter les autorités compétentes qui s'étaient réunies à la sous-préfecture de Marabadiassa à faire toute la lumière sur ce fait déplorable.

 

 

Makan HEMA

Correspondant Régional

Autres articles

Partenaires