Dernières infos

  • Pour tous vos - Reportages, Annonces et Publicités veuillez nous contacter au 09903514 / 49799497

Actualité culture

Côte d'Ivoire : trois élèves tués lors de manifestations pour réclamer des ‘’congés anticipés’’

Lebabi 12 Déc 2019 - 14H07
Photo : DR / Le corps sans vie de l'élève Traoré Brahima à Dimbokro

Trois (3) élèves ont été tués en moins d'une semaine : un élève en classe de 3e, enfant unique de ses parents éventré à Anyama, un élève de la classe de terminale égorgé à Daloa et une élève de la classe de seconde tuée à Dimbokro depuis le 05 décembre, ou le système éducatif est perturbé par une série de violences perpétrées par une minorité d'élèves qui réclament des congés anticipés. 

La Ministre de l'Education Nationale, de l'Enseignement Technique et de la Formation Poofessionnelle, Kandia Camara a annoncé ces chiffres macabres lors d'une rencontre qu'elle a eu avec en fin d'après-midi de ce mercredi 11 décembre 2019, au Centre National de Materiels Scientifiques ( CNMS) à Cocody,  Kandia Kamara, avec les parents d'élèves pour trouver une solution urgente. 

Initialement prévu pour le 20 décembre après les cours de l'après-midi, la date des congés de fin d'année telle que prévue par le calendrier scolaire est contestée par un groupe d'élèves qui utilise des méthodes barbares pour imposer leur véto. Le bilan est lourd. 

A côté de ces cas de décès, un nombre important de blessés et des dégâts matériels (des salles de classes incendiées dans la sous-préfecture de Facobly) enregistrés. La police nationale a annoncé avoir interpelé et déféré un certain nombre d'entre eux dans les localités touchées.« Nous sommes venus vous informer de cette situation, vous donner la parole afin de recueillir vos propositions. Que dites-vous du comportement de vos enfants, de ces comportements assassins » a-t-elle introduit.

Indignés, les parents d'élèves ont souhaité la prise de sanctions sévères contre les auteurs. « Nous voulons que les élèves épinglés soit radiés et que la sanction s'étende jusqu'à leur parent, revoir le contenu des cours et ramener la chicote à l'école. Car disent-ils, si tu ne chicote pas l'enfant, c'est l'enfant qui va te chicoter » 

Pour Kandia Kamara, la chicote ne règle pas tout. « Il faut que les parents prennent leurs responsabilités. L'enfant passe 8h à l'école et 16h à la maison, il revient aux parents d'éduquer leurs enfants. »

Elle a décidé de radier les fautifs, saisir leurs parents pour régler les frais des dégâts causés et maintenir la date des congés à la date initiale c'est-à-dire le 20 décembre 2019.

La Ministre de l'Education Nationale était accompagnée par le Ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Vagondo Diomandé, du Ministre de l'Administration du Territoire, Sidiki Diakité, de la Secrétaire d'Etat chargé des droits de l'hommes, Aimée Zébégnoux, du Secrétaire d'État en charge de l'enseignement technique et de la formation professionnelle, Brice Kouassi, du Préfet d’Abidjan, Vincent TohBi, des Directeur généraux de la Police, Youssouf Kouyaté et de la Gendarmerie, Apalo Touré et de chefs religieux et traditionnels.

Ahopol avec Donald Gonli


Autres articles

Partenaires