Dernières infos

  • Pour tous vos - Reportages, Annonces et Publicités veuillez nous contacter au 09903514 / 49799497

Actualité agriculture

SIETTA 2018 : Dr Adama Coulibaly livre les axes majeurs du projet de la compétitivité de la chaîne de valeur de l’anacarde

Ivoirinter24 09 Nov 2018 - 22H55
SIETTA 2018 : Dr Adama Coulibaly livre les axes majeurs du projet de la compétitivité de la chaîne de valeur de l’anacarde

Le Salon International des Equipements et des Technologies de Transformation de l’anacarde (SIETTA) 2018 ouvert dans le courant de l’après-midi d’hier jeudi, bas son plein. Des rencontres B2B, exposition de produit dérivé de l’anacarde, exposition d’équipementiers du secteur  et panel sont entre autres les activités qui animent cette troisième édition qui se tient au palais de la culture de Treichville, Abidjan.

 

Ainsi au cours d’un panel, le vendredi 9 septembre 2018, Dr Adama Coulibaly, Directeur Général du Conseil Coton Anacarde (CCA) et Commissaire Général du SIETTA 2018, a expliqué aux producteurs les axes majeurs du  projet de la compétitivité de la chaîne de valeur de l’anacarde en ces termes. « Les autorités ont mis en place le projet de promotion de la compétitivité de la chaîne de valeur de l’anacarde ; qui vise à l’amélioration de la production, surtout les rendements, la qualité des noix, booster la transformation au plan local ; renforcer la gouvernance de la filière ». Avant d’indiquer avec « un ambitieux programme soutenu  par la Banque Mondiale à travers un financement de 107 milliards de F CFA », a révélé Dr Adama Coulibaly.

 

Le premier responsable du CCA a fait l’état des lieux du cajou en Côte d’Ivoire. « Le niveau de transformation actuel du pays tourne autour de 70 000 tonnes par an. Alors que la production nationale de noix brute est de 738 000 tonnes en 2018. Les responsables de la filière projettent de hisser de niveau à 200 000 tonnes d’anacarde transformé d’ici 2020 », a-t-il tenu à faire savoir.

 

Pour joindre l’acte à la  parole, la Côte d’Ivoire à travers l’organe de régulation de ce secteur a déploie un important dispositif notamment « la création du centre Ivoirien des Technologie de l’anacarde (CITA) à Yamoussoukro et l’aménagement de 4 zones industrielles dans les principales régions de productions avec une capacité totale de  150 000 tonnes par an», a renchérit  le DG du CCA.

 

Avant de clore sa présentation, Dr Adama Coulibaly, DG du CCA a souligné que l’accès des noix brutes de cajou au marché nécessitera la réhabilitation de 2 100 Km de routes rurales.

 

Ciss Toum

Autres articles

Partenaires