Dernières infos

  • Pour tous vos - Reportages, Annonces et Publicités veuillez nous contacter au 09903514 / 49799497
  • Le président de l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro annonce sa démission.(Officiel)

Actualité culture

Interview Thierry Zo : le Champion parle de son mouvement les Ziguéhis

IvoirInter24 30 Déc 2018 - 11H41
Interview Thierry Zo : le Champion parle de son mouvement les Ziguéhis

Dans une interview accordée à la rédaction, le président du mouvement des Ziguéhis, Thierry Zo champion, à l’état civil  Kériman Kéri,  nous parle de son mouvement et son single Vaskoya .  

 

Quelles sont vos relations avec Alpha Blondy et Alpha Touré (responsable de koral Beach) ?

Alpha Blondy, est une personne que j’ai côtoyé dans le temps, un grand frère qui  aimait mon affaire parce que j’ai cessé d’aller à l’école et je vendais le Garba. En ce temps,  c’était rare de voir un jeune Ivoirien qui se défendait. Je tournais à la débauche, je vendais  du Garba que les baillas vendaient. Et là,  il m’a apprécié et m’a envoyé à Koral Beach. C’est  donc là-bas  que j’ai connu Alpha Touré paix à son âme et qui m’a introduit dans la restauration qui fait qu’aujourd’hui, j’ai mon espace sur la plage, mon restaurant dénommé ‘’le champion beach’’.

Quelles ont été  vos motivations pour la musique ?

Depuis petit, j’étais un fan de la musique. J’écoutais la bonne musique parce que j’étais dans les ballets avec les musiques de Meiway deux cent pour cent  Zoplazo à l’époque.  C’est donc ce qui m’a vraiment passionné et puis ce Ben-club qui a été meilleur DJ d’Afrique avec Kikibit c’est celui-là même qui m’a motivé à y entrer.

Expliquez-nous la création du mouvement Ziguehis mondial dont vous êtes le président et dites quel message voulez-vous circuler à partir de votre single Vaskoya ?

On a vu qu’avant les vieux pères chantaient quand nous étions petits, Zoplazo, le Zouglou va me tuer, donc y avait une marge qui était le reggae, hip hop, on se retrouvait à travers cette époque.

Je vois que cet effet de musique, cette danse ne vit plus et donc j’ai essayé de voir avec les Ziguehis de la diaspora et la Côte d’Ivoire comme les Obiangs, je suis rentré en contact avec eux afin de faire renaitre ce mouvement. C’est ainsi que les Ziguehis se sont remis en association dénommé l’AGC dont je suis aujourd’hui, le porte-parole, et aussi  président de la diaspora du monde entier. C’est à travers cela que nous avons  essayé de relancer le mouvement. C’est donc la raison pour laquelle, ils m’ont  mandaté de faire sortir une danse pour permettre de se retrouver comme dans le bon vieux temps. Ce qui justifie la sortie du single’’ le Vaskoya ‘’ qui est la danse de celui qui marche et gonfle la poitrine. Dans le jargon, quand un guerrier marche en se gonflant la poitrine, cela signifie qu’il se voit au sommet des sommets, il n’y a pas l’homme pour lui, c’est une manière de s’imposer.

Quels sont vos projets à  venir ?

Je pense que c’est d’imposer le mouvement   Ziguehi en Côte d’Ivoire ainsi que  dans le monde entier. Car ce ne sont pas des gens agressifs, violents mais des gens comme nous. Comme dans le temps  le président des Ziguehis  était  le commissaire Élo qui est aujourd’hui, Directeur de la police.

Quel  message voulez-vous adresser à la jeunesse ivoirienne ainsi qu’aux DJ ?

Comme message, j’aimerais dire à tous que nous devons nous  baser sur l’entente quand quelqu’un fait sortir sa danse, sa musique il faut l’encourager afin d’éviter les critiques déplaisantes comme la djassacité qui était au paravent soudé.

 

T Y

 
Autres articles

Partenaires