Dernières infos

  • Pour tous vos - Reportages, Annonces et Publicités veuillez nous contacter au 09903514 / 49799497

Actualité monde

Télécoms : la Corée du Nord ne répond plus

Ivoirinter24 09 Mar 2016 - 08H38

Par Laurence DEFRANOUX

 

Une enquête d'Amnesty International détaille l'effarante répression de toute communication des habitants avec l'étranger, et les risques pris pour contourner l'interdiction.

 

L’arrivée des téléphones portables en Corée du Nord avait quelque peu desserré l’étau du silence imposé à ses 25 millions d’habitants, privés de communication avec l’extérieur depuis des décennies. Depuis les années 2000, des habitants proches des frontières réussissent à communiquer illégalement avec leurs familles vivant en Chine, voire en Corée du Sud. L’enquête d’Amnesty International publiée ce mercredi prouve que la surveillance sur les communications s’est renforcée depuis l’arrivée au pouvoir de Kim Jong-un, en 2011, et que des moyens de plus en plus sophistiqués sont utilisés par le régime totalitaire pour repérer les appels internationaux et le visionnage de films étrangers. Décryptage.

 

Peut-on obtenir des informations fiables sur la Corée du Nord ?

Le régime de Pyongyang est très hermétique, et interdit toute enquête indépendante sur son territoire. Les enquêteurs d’Amnesty se sont basés sur des informations recueillies en 2015 auprès d’employés d’ONG travaillant en Corée du Nord, d’habitants ayant quitté récemment le pays, de rapports des Nations unies, d’experts en télécoms ou d'enquêtes journalistiques. Ces informations croisées et vérifiées dans la mesure du possible, qui correspondent à ce que l'on connait par ailleurs du pays, dessinent un tableau cohérent de la répression et des risques pris par les habitants pour contourner cette interdiction.

 

Téléphoner à l’étranger est-il un crime puni par la loi ?

Rien dans la loi nord-coréenne n’interdit d’appeler à l’étranger. La Constitution garantit même la liberté d’expression, et assure qu’aucun citoyen ne peut être «contrôlé ou arrêté et son domicile fouillé sans un mandat légal». Mais la République populaire démocratique de Corée, depuis sa fondation en 1948, pose comme règle absolue que les décisions du parti et les instructions du leader du pays (Kim Il-sung, puis son fils Kim Jong-il et aujourd’hui son petit-fils Kim Jong-un) prennent le pas sur toutes les lois.

 

Lire la suite sur… http://www.liberation.fr/planete/2016/03/09/telecoms-la-coree-du-nord-ne-repond-plus_1438033

Autres articles

Partenaires