Dernières infos

  • Pour tous vos - Reportages, Annonces et Publicités veuillez nous contacter au 09903514 / 49799497
  • Le président de l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro annonce sa démission.(Officiel)

Actualité societe

Côte d'Ivoire/Grève des enseignants : des élèves paralysent la ville de Bouaké

IvoirInter24 11 Fév 2019 - 13H21
Côte d'Ivoire/Grève des enseignants : des élèves paralysent la ville de Bouaké

Les élèves des lycées et collèges ont envahi les différents artères de la ville de Bouaké, ce lundi matin, 11 février 2019, pour exiger la reprise des cours.

 

C'est relativement à cette grève initiée par des syndicats d'enseignants, ce qui met en branle l'école ivoirienne depuis quelques semaines.

 

Les élèves ont décidé de se faire entendre à travers une revendication en délogeant tous les élèves des établissements privés, pour que ceux-ci participent à cette lutte devenue commune.

 

A en croire, l'un des responsables des élèves, sous couvert de l'anonymat, cette grève qui perdure n'est aucunement bénéfique aux élèves.

 

<< Cette grève des enseignants ne nous arrange pas du tout. Cela fait maintenant 1 mois que nous demeurons dans cette situation déplorable. Car cela y va de notre avenir. Nous ne voulons pas rester éternellement sans rien dire. C'est pourquoi, nous avons mobilisé tous nos autres camarades pour qu'ensemble nos voix s'élèvent pour atteindre nos autorités afin que celles-ci prennent des décisions idoines pour régler plus vite ce problème >> s'est-il prononcé.

 

Pour lui, cette mobilisation de ce jour des élèves sera prise certainement en compte par le ministère de tutelle.

 

Interrogée sur le terrain, Fonho Christelle, élève au collège privé Yamousso Marie-Thérèse de Bouaké en classe de Terminale A,  s'est dite indignée face à cette triste réalité que traverse l'école ivoirienne.

 

<< Tout ce que nous demandons, c'est de reprendre la route de l'école. Nous qui sommes en classe d'examen, cela va nous porter préjudice parce qu'on ne pourra pas achever les programmes scolaires à temps. Notre souhait le plus ardent, est que tous puissent trouver un terrain d'entente afin que les cours reprennent dans les plus brefs délais >> a-t-elle insisté.

 

 

Makan HEMA

Correspondant Régional

Autres articles

Partenaires